AccueilLe GPSO

GPSO, une ambition pour le Sud-Ouest

Le "Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest", sous l'appellation GPSO, a pour objectif d'apporter une amélioration majeure pour les déplacements ferroviaires dans le Grand Sud-Ouest, pour les voyageurs et les marchandises. 

Le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest
, c'est :
 - la création de lignes ferroviaires nouvelles entre Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, avec un tronc commun entre ces deux lignes;
 - la réalisation des aménagements ferroviaires de la ligne existante au Sud de Bordeaux et au Nord de Toulouse.
La consistance de ce programme (ensemble d'opérations) a été acté par décision ministérielle (Lettre du ministre ou du secrétaire d’Etat à l’attention du préfet et/ou du président de RFF dans laquelle celui-ci donne ses instructions sur la conduite ...) du 30 mars 2012.

Suite aux travaux de la Commission Mobilité 21, la décision ministérielle (Lettre du ministre ou du secrétaire d’Etat à l’attention du préfet et/ou du président de RFF dans laquelle celui-ci donne ses instructions sur la conduite ...) du 23 octobre 2013 a acté un schéma de réalisation du GPSO en deux phases : Bordeaux/Toulouse et Bordeaux/Dax dans une première phase puis Dax/Espagne dans une seconde phase. 
Les trois opérations de la 1ere phase, soumises à enquête d’utilité publique en 2014, sont donc :   
  - les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax,
  - les aménagements ferroviaires de la ligne existante au Sud de Bordeaux,  
  - les aménagements ferroviaires de la ligne existante au Nord de Toulouse.
La 2e phase, constituée de la ligne nouvelle entre Dax et la frontière franco-espagnole, fera l’objet d’une enquête publique ultérieure.

GPSO, c’est un programme qui s’inscrit dans les priorités nationales et européennes des transports
. Il s’insère dans le développement ferroviaire du Grand Sud-Ouest, intitulé Sud Europe Atlantique (SEA), défini dans la déclaration d'intention du 25 janvier 2007, comme un ensemble cohérent composé de trois branches : Tours-Bordeaux, Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, et Poitiers-Limoges. 
Figurant à l’article 12 de la loi du 3 août 2009 (Grenelle I), il s’inscrit dans le développement du réseau structurant au niveau national à grande vitesse. Il figure également dans le projet de Schéma National des infrastructures de transport (SNIT) d’octobre 2011,  et dans le Réseau TransEuropéen de Transport fixé par l’Union européenne (RTE-T, décembre 2013), l’axe Bordeaux-Espagne étant une composante du corridor prioritaire Atlantique. 

Dans le respect des principes du Grenelle de l'environnement (Dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du Grenelle de l'Environnement, les travaux du comité opérationnel sur le fret (COMOP n° 5) se sont intéressés, ...) , la conception du GPSO a mis au centre des préoccupations l’identification et l’analyse des enjeux environnementaux humains et naturels et les spécificités techniques associées aux fonctionnalités des lignes nouvelles.
Concevoir le GPSO c’est ainsi :
 - participer activement à la mise en œuvre du développement durable (Mode de développement qui répond aux besoins présents, tout en veillant à ne pas gaspiller les ressources des générations futures ou compromettre leur capacité ...)   en contribuant à l’aménagement du territoire, en offrant la possibilité de ralentir la croissance des transports routiers et aériens et en ayant le souci des dimensions humaine et naturelle ;
 - envisager toutes les possibilités qu’offre le chemin de fer (pour le transport des marchandises et des voyageurs et pour les déplacements régionaux) afin de répondre aux besoins de déplacement et favoriser le report modal ;
 - mettre la concertation au cœur des études et élaborer les lignes nouvelles avec les acteurs concernés pour améliorer leur efficacité sociale et économique ;
 - établir un dialogue permanent entre la concertation et les études, la concertation alimentant les études et devant les enrichir et, de cette façon, assurer la cohérence des projets.