AccueilLes projets associésA l'est du GPSO

A l'est de GPSO

 

Aménagements ferroviaires au Nord de Toulouse

Aujourd'hui, sur la section de ligne existante entre Saint-Jory et Toulouse-Matabiau, qui compte  2 ou 3 voies, circulent des TaGV*, des TER, des trains intercités et des trains de marchandises. L’importante hétérogénéité des services rend la section quasi-saturée aux heures de pointe. Le moindre aléa d'exploitation (panne, accident) à des impacts très importants sur la qualité du service aux voyageurs (retards, annulation).
Les aménagements programmés visent plusieurs objectifs :
 - fluidifier le trafic ferroviaire au Nord de Toulouse ;
 - augmenter la capacité de la ligne pour faire circuler de nouveaux trains : TaGV, TER, fret ;
 - améliorer la connexion entre le réseau ferroviaire et les réseaux de transports collectifs (métro, bus).

Pour atteindre ces différents objectifs, le projet prévoit l'aménagement de 19 km de ligne existante au Nord de Toulouse :
 - mise à 4 voies entre Saint-Jory (point de raccordement (Jonction entre deux lignes ferroviaires.) avec la ligne nouvelle Bordeaux-Toulouse) et la gare Toulouse-Matabiau ;
 - création d'un terminus TER partiel à Castelnau d'Estrétefonds ;
 - création d'une interconnexion fer/métro entre la halte de Route de Launaguet et la station de métro La Vache de la ligne B ;
 - réaménagement de tous les points d'arrêt (Castelnau d'Estrétefonds, Saint-Jory, Fenouillet/Saint-Alban, Lacourtensourt, Lalande-l'Eglise, Route de Launaguet) ;
 - déplacement au sud de la halte de Lacourtensourt afin de favoriser son insertion et son usage ;
 - déplacement au nord de la halte de Route de Launaguet afin de favoriser l'interconnexion train/métro ;
 - aménagements du plan de voies, des souterrains et des accès en gare de Toulouse-Matabiau.

* TaGV: train apte à la grande vitesse.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site : www.saintjory-toulouse.fr

 

Aménagement de la gare de Toulouse-Matabiau

 La gare de Matabiau est le cœur du système ferroviaire midi-pyrénéen. Le trafic voyageurs de la gare est de 9 millions de voyageurs/an  et accueille environ 400 circulations quotidiennes voyageurs et fret. Avec le développe-ment attendu du trafic au cours des prochaines années, l'optimisation de la gestion des circulations représente un enjeu majeur.

Pour répondre à ce défi, RFF met en place une organisation des circulations en créant des blocs indépendants selon la provenance des trains : 
 - un bloc Nord-Est pour les trains à destination ou en provenance de Saint-Sulpice, 
 - un bloc Sud-Ouest pour les trafics vers l'Ariège, le Gers ou les Hautes-Pyrénées,
 - un bloc Central pour les circulations de la transversale Sud (Montauban-Toulouse-Carcassonne). 
Depuis l'ouverture du quai n°6, fin 2009, le bloc accueillant les trains en provenance du quart Nord-Est est opérationnel. En 2013, d'importants travaux concrétisent l'accélération de l'aménagement des blocs Sud-Ouest et Central (pour un investissemnt global de 34 millions d'euros) : la démolition du bâtiment du tri postal permettant l'aménagement d'une nouvelle voie 1C et le changement d'appareils de voie sur l'axe central.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site : www.planrail.fr/projets/gare-matabiau

 

Liaison Toulouse-Narbonne

En 2012, RFF a achevé les pré-études fonctionnelles de la liaison Toulouse-Narbonne. Plusieurs scénarios d’infrastructures et de services ont été analysés et comparés et cinq ont été sélectionnés :
 - un scénario de Ligne à Grande Vitesse entre le Sud-Est de l’agglomération toulousaine et la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan. D’un coût de 3,1 à 3,5 milliards d’euros, cette ligne nouvelle de 135 à 150 kilomètres de long (avec ses raccordements) offrirait un gain de temps d’une demi-heure. Plusieurs « options de passage » et une desserte de Carcassonne par la gare centre ou une gare nouvelle sont envisageables ;
 - deux scénarios d’aménagements de l’infrastructure existante : un scénario « priorité à la capacité » centré sur l'accroissement des circulations et limité à 850 millions d'euros (gain de temps : 6 minutes) ou un réaménagement associant vitesse et capacité avec des relèvements de vitesse à 220 km/heure sur une partie du linéaire (gain de temps de 10 minutes) d'un coût de 1,5 milliards d'euros;
 - deux scénarios composés, alliant section de LGV, soit sur Toulouse-Carcassonne, soit sur Carcassonne-Narbonne avec desserte de Carcassonne via la gare centre, et réaménagements de la ligne existante sur l’autre section. Les coûts de ces scénarios s’élèvent respectivement à 2 et 2,2 milliards d’euros pour des gains de temps estimés à 15 et 20 minutes.

Réuni le 8 mars 2012, le Comité de pilotage a validé les pré-études et a retenu, sur proposition de RFF, ces cinq scénarios qui synthétisent le champ des possibles et dont les pré-études permettent de disposer des éléments propres à saisir la Commission Nationale du Débat Public (Procédure régie par la loi du 27 février 2002, c’est une étape dans le processus décisionnel, s’inscrivant en amont du processus d’élaboration d’un projet. ...) .
Le projet est actuellement examiné par la Commission « Mobilité 21 », dont les résulats sont attendus en juin 2013. L’État décidera de la suite à réserver à ce projet, dont l’intérêt est de relier de manière plus efficace les grandes métropoles du Sud de la France et du Nord de l'espagne, de positionner Carcassonne et Narbonne comme noeud d'échanges et pôles de développement mais aussi de fiabiliser et permettre ler développement des dessertes régionales.
Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site : www.toulouse-narbonne.com