AccueilLes projets associésAu sud du GPSO

Au sud de GPSO

La section internationale de la liaison binationale Vitoria-Dax

 Comme suite au sommet franco-espagnol de Saragosse en 2003, le Groupement européen d’intérêt économique (GEIE) Sud Europe Atlantique Vitoria-Dax a été créé en 2005 par RFF et son homologue espagnol, l’ADIF. Outre la réalisation d’études proprement dite, sa mission est naturellement de veiller à la coordination des opérations et à la cohérence des solutions choisies de part et d’autre des Pyrénées (voies, matériels, sécurité). Le moment venu, il proposera aux Etats français et espagnols les modalités de réalisation et de mise en exploitation de la section internationale, maillon clé de l’axe ferroviaire européen n°3 : Paris-Bordeaux-Dax/Vitoria-Madrid-Porto/Lisbonne.

Afin de poursuivre la construction de cet axe européen, un accord a été signé suite au sommet franco-espagnol de Paris de 2008 relatif à la constitution d’une Commission Intergouvernementale (CIG) Vitoria-Dax, commission composée de représentants des Etats français et espagnols. Cette CIG supervise les études réalisées par le GEIE : études générales visant à identifier les marchés et trafics susceptibles d'emprunter la section internationale de la liaison binationale Vitoria-Dax à long terme, ainsi que l'évolution à moyen terme du complexe ferroviaire Hendaye Irun en liaison avec la mise en service du Y basque à moyen terme.  

La nouvelle liaison ferroviaire binationale Vitoria Dax permettra de répondre aux objectifs rappelés dans le cadre des décisions européennes suivantes :
 - une déclaration d’intention signée le 8 juin 2010 à Saragosse par le Vice-Président en charge des Transports à la Commission Européenne Siim Kallas, le coordonnateur européen Carlo Secchi et les ministres des transports français, espagnol et portugais;
 - un règlement européen n° 913/2010 du 22 septembre 2010 relatif au réseau ferroviaire européen pour un fret compétitif, notamment l’axe n°4 entre le Portugal, l’Espagne et la France par la façade atlantique, à savoir une augmentation significative de la part modale du fer tant pour les voyageurs (gain de temps de 2h entre Vitoria et Dax) que pour les marchandises (suppression du transbordement des marchandises à la frontière grâce à la continuité UIC) et, par voie de conséquence, une diminution significative des émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2020.

--> Téléchargez la carte du réseau transeuropéen de transport

 

Les projets en Espagne

Pour répondre à la demande de transport des personnes et des marchandises à long terme, au niveau national comme international, le gouvernement espagnol a actualisé en octobre 2012 son Plan d'infrastructures de transport et du logement (PITVI) pour la période 2012-2024, plan doté d'un budget de 53 milliards d'euros pour le ferroviaire et dont l'élément majeur est le développement d'un réseau ferroviaire étendu à écartement européen. Il s'inscrit dans la continuité du Plan stratégique d'infrastructures de transport (PEIT) adopté en 2005 au titre duquel près de 45 milliards d'euros ont déjà été investis pour le mode ferroviaire.

Ce plan prévoit de renforcer les liaisons avec les pays voisins, et notamment la France. Il vise surtout l’intégration de l’Espagne au Réseau Transeuropéen de Transport. Cela concerne tout particulièrement :
 - l’axe ferroviaire à grande vitesse méditerranéen Valence-Barcelone-Montpellier-Paris,
 - l’axe ferroviaire à grande vitesse atlantique qui inclut la liaison Lisbonne/Porto-Madrid-Vitoria-Irún/Hendaye-Dax-Bordeaux-Paris.

Sur la branche atlantique et dans la continuité du GPSO
-- La ligne nouvelle mixte « Y basque
» reliant Vitoria à Bilbao et Saint Sébastian-Irún Carte du Y basque (juin 2013)(180 km, écartement européen, 220 km/h) est estimée à 4,2 milliards d’euros. L’approbation ministérielle du projet date de novembre 2000, un accord politique pour la réalisation a été trouvé entre le gouvernement central et les autorités basques en avril 2006. Les travaux de génie civil engagés début 2007 se poursuivent à un rythme soutenu (plus de 2,6 milliards d’euros notifiés à fin 2012) avec un objectif de mise en service à l’horizon 2017-2018.

      --> Téléchargez la carte du Y basque (juin 2013)

3ème rail au sud de la ligne nouvelle Perpignan-Figueras (Adif)Dans un contexte économique tendu et tenant compte du calendrier prévisionnel du GPSO, les autorités espagnoles et le Gouvernement basque ont adopté le 28 septembre 2011 une série de mesures destinées à connecter le Y basque au réseau ferré français existant à court terme. Ces mesures concernent notamment la mise à écartement UIC de la ligne existante entre Astigarraga et Irún (pose d’un 3ème rail sur les 2 voies, modification de la signalisation), la suppression de la gare nouvelle d’Astigarraga, l’aménagement UIC des quais de la gare de San Sébastian et le réorganisation de la gare d’Irún intégrant une connexion UIC à double voie avec la gare d’Hendaye en France. Elles intègrent également la mise en œuvre d’une plateforme multimodale à Lezo qui sera connecté à terme avec la ligne nouvelle.

Le moment venu, la France et l'espagne engageront conjointement les travaux de la ligne nouvelle entre dax et le sud de San Sébastian. 
--> Téléchargez la carte de la section Astigarraga-frontière française (septembre 2011)

-- Entre Vitoria et Burgos, les études de ligne nouvelle UIC se poursuivent et les premiers tronçons de génie civil devraient être attribués prochainement; la ligne de contournement de Burgos a été mise en service fin 2008.

-- Entre Burgos et Valladolid
, les travaux de génie civil engagés début 2008 se poursuivent dans les délais prescrits avec la notification des derniers marchés qui s’est achevée fin 2009.

-- Entre Madrid, Segovia et Valladolid, la ligne nouvelle UIC a été mise en service en décembre 2007 offrant ainsi un gain de temps compris entre 1h05 et 1h25 selon les liaisons avec Madrid (Leon-Santander-Bilbao-Irún).

L'année 2010 a vu la mise en service des lignes nouvelles Madrid-Valence et de la section internationale de la liaison binationale Perpignan-Barcelone, propulsant ainsi l’Espagne au premier rang européen des exploitants de ligne à grande vitesse. En 2011, des trains directs relient Irún à Madrid (2 AR/jour) et Barcelone (2 AR/jour) en moins de 6 heures : avec un temps de parcours projeté à moins de 3 heures, ce seront plusieurs dizaines de trains/jour qui relieront Irún aux grandes métropoles espagnoles.
   
Pour plus d'informations sur les projets en Espagne, deux sources importantes : 
le site du Ministerio de Fomento et 
le site du Y basque.